Château BOUSCAUTPESSAC-LÉOGNAN Château BOUSCAUT

Château BOUSCAUT 

(PESSAC-LÉOGNAN)
Sophie Lurton
1 477, avenue de Toulouse
33140 Cadaujac
Téléphone :05 57 83 12 20 
Télécopie : 05 56 83 12 21 
Email : cb@chateau-bouscaut.com 
Site : www.chateau-bouscaut.com 

“Au Château Bouscaut, nous raconte Laurent Cogombles, nous dépassons maintenant dans l’assemblage, les 50% de Cabernet-Sauvignon, ce cépage se plait bien dans nos terroirs, 40% de Merlot et 5% de Malbec complètent l’ensemble. Pour les Blancs, notre assemblage est composé d’une petite majorité de Sauvignon 55% et de 45 % de Sémillon. Ce sont des vins très aromatiquessuaves, aux notes subtiles de fruits, d’un très bel équilibre. Nous recherchons la complexité et la subtilité dans nos vins.
Le 2016 est une année que l’on ne verra pas deux fois dans sa vie, un cycle végétatif en dents de scie et pourtant, le résultat est époustouflant ! J’ai toujours confiance dans la nature mais là, c’était bien particulier, tant la vigne a connu des pics de stress. C’est vraiment l’un des meilleurs millésimes de ces dix dernières années. C’est un vin de belle charpente, généreux, ample, soyeux, peut-être un peu plus explosif que le 2015, les Blancs sont aussi très réussis. 
Bouscaut rouge 2015 est un très beau millésime, vraiment complet, avec une palette aromatique très intéressante, du charnu, des tanins serrés, un vin très attractif qui est déjà agréable à déguster jeune tout en ayant le potentiel de garde. Le taux d’acidité était assez bas, bonne attaque franche, belle longueur, notes aromatiques bien intégrées, jolis grains de tanins, du volume en bouche. En 2015, les Cabernets-Sauvignons étaient parfaits.”
En effet, dégusté sur place, ce Pessac-Léognan GCC 2015 développe des arômes très intenses et complexes de fruits rouges et d’épices, avec des notes grillées, une bouche volumineuse, un vin racé, très prometteur. Le 2014, au nez de griotte et de truffe, est charpenté, ample en bouche, aux taninssavoureux et puissants à la fois, avec une finale de cassis mûr. Joli 2013, avec ces notes persistantes de griotte et de fumé, aux tanins ronds, d’un beau rubis foncé, un vin épicé en bouche, qui s’apprécie actuellement. Le 2012 dégage un nez de mûre et de fumé, aux connotations complexes de mûre et de poivre en bouche, de couleur soutenue, d'une finale à la fois puissante et ronde. Le 2011 est toujours l’une des plus jolies bouteilles de ce millésime, avec cette robe pourpre profonde, ce nez de fruits rouges (cerise, prune) et de cannelle, aux tanins arrondis, un vin long en bouche mêlant fraîcheur et maturité, qui poursuit une jolie évolution. 
Le 2010 est remarquable, dense, séveux, de couleur profonde, concentré, avec des arômes de fruits cuits, très harmonieux au nez comme en bouche, un vin parfumé, alliant couleur et matière, de garde comme ce 2009, puissant et charnu, où s’entremêlent les fruits macérés et une pointe de poivre rose, opulent. 
Superbe 2008, ample, riche, au bouquet très développé avec des nuances épicées, un vin complet, où se mêlent la mûre et le cassis, solide mais très délicat, vraiment remarquable aujourd’hui. On poursuit avec un 2007, rond, plus facile, qui parvient à maturité. Le 2006 est classique, typé de son appellation et du millésime, chaleureux, fondu, avec de jolis tanins. 
Le Pessac-Léognan blanc 2015 est très agréable, aux notes de fruits exotiques, citron, orange, pêche, un vin croquant et dense, très complet. Le 2014, à dominante de fleurs fraîches et de tilleul, est un vin gras et nerveux à la fois, riche au nez comme en bouche, vraiment très séduisant. Le 2013, frais et suave à la fois, très bien fait, tout en bouche, d’une très bonne persistance aromatique, est un vin à ouvrir sur des fruits de mer. Le 2012 est déjà très agréable, charmeur, mêlant richesse aromatique et persistance, généreux, avec des notes de fleurs blanches et d’amande, d’une belle finale florale. Le 2011 est superbe, très parfumé (pêche, coing, narcisse), d’une bouche particulièrement séduisante, soyeuse, savoureuse. Le 2010 est gras, dense, avec des connotations discrètes de fruits secs, assez classique du style Bouscaut, encore jeune, tandis que le 2009 se dévoile plus rapidement, avec une bouche florale et légèrement musquée, très agréable. Le 2008 se démarque de la série, avec un nez complexe (cire d’abeille, gâteaux secs), moins typique de Bouscaut, mais très harmonieux.